Assemblée francophone des retraité(e)s et ainé(e)s de la Colombie-Britannique

La voix des francophones de 50 ans et plus

L’AFRACB a le regret de vous annoncer que dans le contexte actuel, la Fédération des aînées et aînés francophones du Canada (FAAFC) a pris la difficile décision d'annuler son forfait voyage qui devait se dérouler du 2 au 5 août 2020 en marge du Festival francophone 50+ CB de Maillardville.

Merci de votre compréhension et support continu.  Demeurez à l'affût d'un prochain forfait à venir.

ForfaitAnnule

blur charity collaboration community

Après la retraite, plusieurs personnes aînées choisissent de donner de leur temps à des causes qui leur tiennent à cœur. En effet, le bénévolat peut contribuer à améliorer votre propre bien-être et celui des autres, car il permet notamment de mettre à profit vos expériences et vos meilleurs atouts, acquis au fils des années.

Que vous ne vouliez plus assumer de responsabilités ou non, il existe toute une gamme d'occasions de bénévolat qui correspondent à divers champs d'intérêt et à différentes situations.

Les bénéfices à faire du bénévolat sont nombreux, à commencer par le sentiment de contribuer à la société, comme en témoigne Martine Laurent, bénévole à l’accueil de la Société francophone de Victoria, et ce, depuis trois ans. « Quand je suis arrivée ici à Victoria, je ne connaissais personne, et je m’ennuyais beaucoup. Le bénévolat m’a permis de briser mon isolement, et plus qu’un peu! », commence-t-elle.

Selon ses dires, grâce au bénévolat, elle connaît maintenant plein de gens et s’est fait des amis. « Je recommande le bénévolat, car cela permet de me sentir utile, et d’en tirer une certain fierté », continue Martine Laurent.

Cela dit, il vous permet également de bénéficier de nombreux avantages, comme la possibilité d’élargir ses horizons et de demeurer actif, en plus de réduire le stress, l’anxiété et la dépression.

Par ailleurs, le bénévolat peut jouer un rôle clé et vous aider à traverser des périodes de transition comme la retraite. Il peut aussi rendre vos journées utiles et satisfaisantes et vous permettre de voir la situation sous un jour nouveau.

C’est d’ailleurs ce qu’en pense Martine Laurent, qui conseille à ceux et celles qui hésitent à faire du bénévolat de trouver un domaine qui les intéresse et qui leur ressemble, et de choisir un milieu dans lequel ils seront à l’aise d’évoluer.

Des possibilités infinies        
Vous pouvez faire du bénévolat dans divers domaines et les possibilités nombreuses. En voici quelques exemples : 

  • Leadership – siéger au sein d’un conseil d’administration ou sur un comité
  • Gestion - saisir des données dans un centre de ressources
    Technologie et médias sociaux - enseigner l'informatique dans un centre communautaire
  • Fabrication - construire une bibliothèque pour une salle d'attente
  • Nature - promener un chien d'un refuge pour animaux
  • Soutien individuel - agir à titre de conseiller pour un directeur général
  • Service direct - préparer les repas dans une soupe populaire
  • Divertissement - devenir membre d'une chorale qui participe à des activités communautaires

Le bénévolat peut vous permettre d'établir des liens avec votre communauté et de participer au processus démocratique. Grâce au bénévolat, vous pouvez aider à créer et à préserver la société dans laquelle vous voulez vivre, et ce, pour vous et pour les générations futures.

Si le bénévolat vous intéresse, répondez au questionnaire sur le bénévolat. Cela vous permettra de cerner les occasions de bénévolat qui correspondent à vos champs d'intérêt, à vos compétences et à votre personnalité.

Contenu en partie tiré d’un article publié sur la page Facebook Aînés au Canada.

IMG 8301

C’est le 25 janvier dernier qu’une équipe de l’AFRACB s’est rendue à Richmond, en banlieue de Vancouver, pour participer à la deuxième édition du Sommet sur la transmission linguistique. Celui-ci est organisé conjointement par plusieurs organismes francophones de la province, dont l’AFRACB, et rassemble les acteurs de la francophonie en Colombie-Britannique.

C’est le commissaire aux langues officielles, Monsieur Raymond Théberge, qui a ouvert le bal en s’adressant à la centaine de personnes réunies pour l’occasion. Il a rappelé le contexte particulier dans lequel évoluent les francophones du Canada. « Dans une situation minoritaire, la transmission de la langue est l’affaire de tous », a-t-il dit.

Ensuite, Suzanne Robillard, doctorante en sociolinguistique à l’Université d’Ottawa et originaire de Victoria, a retenu l’attention de la salle avec sa conférence concernant les stratégies pour améliorer la transmission du français en contexte minoritaire. Elle a notamment profité de sa conférence pour insister sur le fait que les apprenants francophones doivent disposer d’espaces où parler français afin d’améliorer leur langue vernaculaire, soit celle parlée hors du contexte éducationnel et structuré. « N’ayez pas peur de votre accent et n’arrêtez jamais de parler français », a-t-elle martelé.

L’ordre du jour de l’après-midi était chargé, avec trois ateliers sur différents thèmes touchant la transmission linguistique, dont un animé par Maurice Guibord, directeur général de la Société historique francophone de la Colombie-Britannique au sujet des termes utilisés par les institutions francophones pour définir les « parlants français » en Colombie-Britannique depuis le XXe siècle.

Question d’identité

Le sujet de l’identité est d’ailleurs revenu lors de la plénière et a accaparé une bonne partie des échanges. Certains des convives ont prôné pour un changement d’appellation du terme « franco-colombien », et ce, afin d’y inclure l’aspect « britannique », alors que d’autres souhaitent trouver une toute nouvelle appellation qui inclurait tous les francophones, peu importe leur origine (Québec, France, Colombie-Britannique, etc.).

Le Sommet s’est terminé de belle façon par un karaoké francophone animé par l’équipe des Jeux francophones de Victoria.

Serge Côté et Louis-Normand Hébert, respectivement président et trésorier de l’AFRACB, ont tous deux apprécié leur participation au Sommet. « Il y a eu de bons échanges et nous avons hâte de voir des actions concrètes ressortir de tout cela », ont-ils résumé.  

Plus de détails ici: www.sommetcb.ca  

 

IMG 8298

  IMG 8295

La fin de l’années 2019 a marqué le lancement du Roman-photo des aînés francophones de la Colombie-Britannique, projet rassembleur et collaboratif important de l’AFRACB.

En effet, ce dernier met en valeur l’histoire de nos personnes aînées et l’expérience francophone qu’ils ont vécu depuis la création de la Loi sur les langues officielles en 1969. C’est avec beaucoup de fierté qu’ont participé à ce vaste projet des personnes aînées, des artisans et des associations partenaires. Quatre événements de lancement ont eu lieu, soit à Comox (28 novembre), Campbell River (29 novembre), Maillardville (22 novembre) et Victoria (5 décembre). Au total, près de 150 personnes se sont déplacées pour assister à l’un ou l’autre des lancements! 

« Ce projet nous a permis de revivre nos expériences passées et de les actualiser au goût du jour. Nous avons hâte que les témoignages recueillis soient partagés avec le plus grand nombre de personnes », a déclaré Serge Côté, président de l’AFRACB, lors d’une des soirées de lancement.

Voir le photo-romanVoir l'album photo complet